Environnement : «S’il y avait une compétition mondiale pour les villes sales, la ville de Conakry occuperait la première place.» dixit Dr Saliou Camara

La problématique sur la prolifération des plastiques en guinée, continue de faire couler assez d’encre et salive dans la sphère politique, économique et sociale. Un centre de transformation des plastiques en des ustensiles œuvre en guinée pour combattre ce mauvais comportement des utilisateurs qui ternit l’image de la guinée vis-à-vis des autres pays constate votre quotidien d’information générale www.maguineeinfos.com Certes, réduire les déchets plastiques dans la nature reste l’objectif que fixe le centre d’information et de formation des collecteurs d’ordure. Lancé il y a 3 ans de cela, ce centre s’active dans la transformation des plastiques qu’on peut observer de nos jours par tout à Conakry mais également à l’intérieur du pays. « Nous sommes pédagogues, donc, nous convions les enfants et des femmes à aller derrière les gens qui sont consommateurs, quand ils jettent les plastiques après l’utilisation, eux, ils ramassent, nous achetons ça avec eux à travers la société de la place, en raison de 2400 francs guinéens le kilo. Donc imaginez, un enfant ou une femme qui est capable de trouver 10 kg par jour c’est 24.000 fg et s’il y a cinq enfants dans une famille donc cela feront 100.000 fg, et bien c’est près de 3 millions par mois.» Explique Dr Mamadou Saliou Camara coordinateur local du CARP collège des acteurs pour la réduction de la pauvreté, et conseillé technique du CIFCO. Cependant, le CIFCO (centre d’information et de la formation des collecteur d’ordure), envisage des stratégies pour réduire la quantité des plastiques qui ne reste pas sans conséquence tant sur la santé de l’homme et les animaux mais aussi sur la dégradation du sol. «C’est de réduire la quantité des plastiques qui traîne dans les rues, et pour ça, nous avons mis en place des dispositifs des ramassages pour venir mettre au centre de traitement ici, parce que notre usine produit des d’ustensiles de cuisine, du matériel pour travailler, mais avec une durée de vie très longue 20 à 30 ans. Et la 2eme stratégie vise a changé la mentalité des producteurs des déchets.» ajoute-il Dr Camara Sur le plan sanitaire, ces déchets plastiques représentent un danger qui risque de causer des dégâts. « Une fois brûlé, ça dégage des odeurs très toxiques qui peuvent entraîner des maladies telle que le cancer.» poursuit-il. Vu donc toutes ces conséquences néfastes, Docteur Mamadou Saliou camara sollicite l’implication des citoyens pour qu’ensemble sauver nos sols et nos animaux qui meurt chaque année en abondances.

Suivez Nous

...

Infos

  • Adresse : Quartier Farakö I, Commune Urbaine de Guéckedou, République de Guinée
  • BP : 18
  • Email : infos@ong-aidguinee.org
  • Telephone : (+224) 626 516 513 | 655 741 922 | 622 790 256
Copyright © AID 2018 Tous droits reserves | Developpé par Smartech